Observatoire international de la démocratie participative

CAT | EN | ES | FR | PT
IOPD logo
Menu

Expériences

Amélioration des infrastructures des écoles primaires publiques

  • Moldavie
  • Fokontany Ambohimiarina I
Cette expérience a été présenté comme candidate au 9e Prix "Bonne pratique en participation citoyenne" de l'OIDP - 2015

Description

Résumé de la candidature présenté:


Au début de notre mandat, nous avons  fait un état de lieu de la situation dans notre commune. Nous avons constaté les mauvais états et insuffisance des infrastructures du secteur de l’éducation et en particulier les écoles primaires publiques d'où l'orientation spécifique de notre programme pendant notre mandat.  En parallèle, nous avions bénéficié d’une formation sur le budget participatif et la redevabilité sociale offerte par le Groupe de la Banque mondiale,

Compte tenu de la jeunesse de la commune (3 mandats à l’époque). Nous avons réussi à convaincre le conseil communal et le bureau exécutif de la pertinence du processus « budget participatif » pour mobiliser la population et les ressources locales pour faire face aux défis des investissements. Notre action s’inscrit pleinement dans la promotion de la redevabilité sociale à Madagascar dans une logique générale d’amélioration de la gouvernance locale et d’appui du processus de décentralisation.

Le processus budget participatif a été utilisé pour mobiliser l’engagement  citoyen autour de priorités locales. Dans notre cas, il a permis de confirmer que l’éducation était également la priorité des citoyens (consensus entre l’équipe communale et les contribuables). L’expérience était par ailleurs effectuée suite à des cataclysmes naturels, qui ont accentué les besoins de réhabilitation des infrastructures scolaires qui venaient d’être ravagée.

Notre commune est une des plus jeunes ommunes de Madagascar avec un système fiscale encore faiblement développé. Dans ce contexte, le budget participatif s’est avéré être un outil exceptionnel pour mobiliser les contribuables au financement des infrastructures communales. En effet, à travers ce processus, les citoyens avaient la possibilité non seulement de définir leur priorité, mais également de participer à la mise en œuvre effective et assurer le suivi des projets identifiés. Ce dispositif leur a permis de constater de visu l’utilisation responsable de leur contribution et d’intervenir à tout moment si nécessaire pour plus de transparence à travers les mécanismes de redevabilité.

La commune a bénéficié d’un appui méthodologique du Projet de Gouvernance et de Développement Institutionnel (PGDI) financé par le groupe de la Banque mondiale à Madagascar.

Cet appui méthodologique (décrit dans le guide du Budget Participatif à Madagascar édité en malgache), a été matérialisé par l’intervention de facilitateurs, qui ont accompagné les parties prenantes locales, dans les étapes (fora de quartier, forum communal ; exercice de redevabilité, comité de suivi, etc.). Par ailleurs, le processus a  encouragé l’émergence de mécanismes innovants pour mobiliser les financements additionnels qui sont apparus à partir de concertations entre et avec les bénéficiaires. Par exemple, certains élèves ont accepté de cotiser à  un fonds de participation  en réservant une partie de leur argent de poche « goûter » journaliers, car ils ont estimé être partis prenantes et principaux bénéficiaires du projet.