Observatoire international de la démocratie participative

CAT | EN | ES | FR | PT
IOPD logo
Menu

Évenéments

Expérience d'apprentissage en direct : démocratie locale

Le jeudi 18 juin, la session consacrée à la démocratie locale a eu lieu, dans le cadre des expériences d'apprentissage en direct

La COVID-19 a eu un fort impact sur les gouvernements locaux et régionaux, affectant les processus électoraux, les réunions des conseils municipaux et des organes politiques, et les processus de consultation et participation. 

Cette session a fait partie des expériences d'apprentissage en direct organisées par CGLU, Metropolis et ONU-Habitat. Elle a abordé l'impact de la pandémie sur les démocraties locales sous différents angles, tels que les droits humains ou le risque de recentralisation ou d'autoritarisme accru. Vous pouvez consulter ici la note conceptuelle et l'enregistrement complet de cette expérience. 

La session a réuni des élus locaux et régionaux ainsi que des experts du monde entier pour montrer leur engagement politique dans la prise de décision au niveau local afin de remplir leur rôle de moteur du changement. La solidarité, la démocratie locale et la protection du bien commun dont font preuve les collectivités locales et régionales seront essentielles pour repenser nos sociétés à la suite de la pandémie. 

Ci-dessous, nous mettons en évidence certaines des interventions qui ont eu lieu dans le cadre de cette expérience :

Pascal Clouaire, adjoint au maire de Grenoble, a présenté les actions mises en œuvre par la ville pour maintenir et approfondir la démocratie locale et participative depuis le début de la pandémie grâce aux outils en ligne : budgets participatifs via des visioconférences avec les porteurs de projets, plateforme de collaboration citoyenne (Grenoble Voisins Voisines) qui rassemble les personnes offrant et demandant une aide de toute nature, et une aide citoyenne pour lutter contre l'isolement des personnes âgées.

Laia Bonet, adjointe au maire de Barcelone, a souligné la valeur des démocraties face au populisme, puisque les premières combattent les inégalités, garantissent les droits de toute la population et protègent les plus vulnérables, comme les femmes, et la communauté LGTBQI+ face au manque de services. Elle a souligné que la pandémie a mis en évidence l'importance des services publics, et a expliqué que l'autonomie locale - également clé de la démocratie - permet aux autorités locales de garantir la provision de ces services. Il a ajouté que l'autonomie ne se fait pas au détriment du multilatéralisme, dans lequel les territoires doivent également s'inscrire.

Nelly Ouassenan, maire adjointe de Cocody, a exprimé sa fierté de voir comment la pandémie, à Cocody, a servi à renforcer la démocratie locale. LA ville a en effet compris que pour combattre la crise, on ne pouvait se passer de la démocratie. Cependant, elle a fait valoir que la municipalité n'ignore pas les effets socio- économiques de la crise qui ont donc fait l'objet de campagnes et de programmes de sensibilisation, de soutien aux victimes de la violence domestique, aux enfants des rues et aux entreprises.

José Manuel Ribeiro, maire de Valongo, a centré son intervention sur la nécessité de résister et d'éviter la peur qui émerge plus que jamais de la situation actuelle : d'une part, les villes et leurs habitants doivent faire face à des problématiques physiques, mentales et démocratiques, mais aussi à des problèmes antérieurs tels que les inégalités, souvent ignorées et maintenant aggravées et ingérables; et d'autre part, la peur, qu'aucun politicien ne peut gérer, mais qui aide les gens à discerner ce qui est juste (renforcement de la démocratie, de la dignité humaine) de ce qui doit être fixé (suspension permanente des libertés, marché sans limites).

Paola Pabón, préfet de Pichincha, a fait le lien entre la discussion sur la démocratie et le nécessaire débat sur l'égalité en abordant le défi de la le fossé technologique et la manière dont il affecte l'exclusion sociale, en particulier chez les plus jeunes. Elle a souligné qu'il était crucial de donner plus de compétences aux gouvernements locaux et régionaux, et d'articuler les niveaux de collectivités territoriales afin qu'elles puissent mener des politiques cohérentes. Elle a souligné le danger de désamorcer les élections sans accords significatifs de la part de tous les acteurs politiques, car cela pourrait affaiblir la voix des citoyens. 

Thembisile Nkadimeng, maire de Polokwane, président de SALGA et co- président de CGLU, a introduit la session en soulignant qu'il est important de changer notre approche de la gouvernance urbaine et régionale pour s'adapter aux défis du monde post-COVID-19 en menant des réformes de gouvernance qui accélèrent les réponses du niveau local aux crises mondiales, aux chocs socio- économiques et politiques.

"Il appartient au système international de reconnaître les difficultés auxquelles nous serons confrontés et de contribuer à la transformation du système international actuel en un système interurbain qui tirera profit de la force de nos territoires et qui pourra contribuer, par le dialogue entre les sphères de gouvernement, à la prochaine génération de multilatéralisme".

Amalinda Savirani de l'Universitas Gadjah Mada (Indonésie) a contribué aux conclusions en se concentrant sur la démocratie au niveau local, qui se caractérise par la priorité donnée aux demandes des citoyens. Elle a expliqué qu'en assurant le fonctionnement de la démocratie, la crise ouvre une fenêtre d'opportunité pour les gouvernements locaux de se renforcer et de se faire entendre à tous les niveaux, et a souligné que toutes les expériences présentées lors de la session attestent de ces multiples opportunités. Enfin, elle a souligné que la démocratie locale ne doit pas être subordonnée à d'autres priorités telles que l'économie, car sans elle, la croissance ne peut être que faible et vulnérable.

Finalement, Annika Silva-Leander, responsable de l'évaluation de la démocratie et de l'analyse politique à International IDEA, a déclaré qu'avant la pandémie, la qualité de la démocratie déclinait déjà au niveau mondial, y compris dans les pays les plus avancés, et elle a regretté que la situation actuelle aggrave ce dommage. Bien que souvent conçues au niveau national, elle a expliqué que ces restrictions sont comparables au niveau local. Il a noté que les pratiques innovantes basées sur la technologie et la solidarité rapprocheront les citoyens des gouvernements locaux, leur permettant de sortir plus forts de cette crise.

La session a recueilli les interventions de nombreux autres experts et élus locaux, tels qu'Octavi de la Varga (secrétaire général de Metropolis), Elkin Velásquez (représentant régional de UN-Habitat pour l'Amérique latine et les Caraïbes), Johnny Araya (maire de San José et co-président de CGLU), Carola Gunnarsson (maire de Sala et vice-présidente de CGLU pour l'Europe), Paola Pabón (préfete de Pichincha), Valérie Dumontet (vice-présidente de l'Aude), Camilo Romero (ancien gouverneur de Nariño et gagnant de la distinction OIDP 2019 " Bonne pratique en participation citoyenne ", Imen Ouardani (adjoint au maire de Sousse), Edwin Miño (directeur exécutif du CONGOPE), Emilio Jatón (maire de Santa Fe), Shi Qi (directeur adjoint du Bureau des affaires étrangères de la ville de Xi'an) et Gennady Ryabov (président de la Chambre publique de la ville de Nizhny Novgorod).

 

Plus d'informations et des ressources :