Menu

Déclaration de Grenoble : la transition écologique et la justice sociale ne se feront qu'avec la participation de toutes et tous !

9 engagements des élus locaux et 7 plaidoyers pour plus de démocratie participative

La 21ème Conférence de l'OIDP, le sommet mondial de la démocratie participative, s'est tenue à Grenoble, France, du 7 au 10 décembre 2021. Elle avait pour thème " Passer à l'action ! Vers un renouveau démocratique face à la crise écologique, sanitaire et sociale ". Elle s'est tenue, symboliquement dans la Capitale verte de l'Europe, titre décerné par la commission européenne chaque année, aux villes particulièrement ambitieuses dans leur engagement contre le dérèglement climatique et pour la préservation de la biodiversité.

Budgets participatifs, systèmes de participation, végétalisation citoyenne, chantiers ouverts au public, culture pour toutes et tous, convention citoyenne climat, municipalisme, transition démocratique, sociale et écologique : les sujets ont été nombreux, les participantes et participants ont été nombreuses et nombreux, les échanges ont été riches. Pendant ces 3 jours d'échanges, nous avons parcouru un grand nombre de sujets qui sont autant de reflets des défis auxquels nous faisons face collectivement.

La 21ème conférence de l'OIDP a été un miroir des enjeux du 21ème siècle.

 

Notre Diagnostic

Le monde est dans un état alarmant et l'OIDP fait partie de celles et ceux que ce défi motive à avancer plus vite. Partout dans le monde, les températures montent mais nous ne baissons pas les bras. Partout dans le monde, le climat se dérègle mais nous nous organisons. Partout dans le monde, les inégalités progressent mais nous nous mobilisons, tous ensemble, sur un pied d'égalité. Partout dans le monde, les tentations autoritaires, voire totalitaires gagnent du terrain, nous y répondons par une démocratie encore plus ouverte, encore plus locale, encore plus participative et encore plus directe.

 

 

 

Nos engagements concrets

1 - Nous nous engageons à nous demander, pour l'ensemble de nos politiques publiques, si nous avons fait le maximum pour impliquer et faire participer les citoyen-nes ;

 Comme le dit un proverbe, " il faut tout un village pour éduquer un enfant ". Nous pensons qu'il faut toute une société pour faire vivre la démocratie. Une démocratie qui exclut un seul des citoyens ou une seule des citoyennes est déjà incomplète. Dans l'urbanisme, la culture, la création des lois, l'écologie, la santé, l'égalité des droits des femmes et les hommes, ils et elles ont leur mot à dire. Quand on leur donne le pouvoir, ils et elles vont bien souvent plus loin et plus vite que les hommes et les femmes politiques qui ont peur de brusquer.

2 - Nous nous engageons à dédier une partie toujours croissante de nos budgets aux projets portés par les habitant-es et choisis par les habitant-es.

Les finances sont au cœur des politiques publiques. Une démocratie participative qui exclut les questions budgétaires est une démocratie participative imparfaite.

3 - Nous nous engageons à systématiquement améliorer la présence, la place et le pouvoir de participation des femmes, des minorités de genre, des communautés autochtones, dans nos dispositifs de démocratie participative. Collectivement nous atteindrons la parité et l'égalité, d'ici à 2030. Dans les pays où les droits des personnes LGBTQI+ sont reconnus, les rendre effectifs et suivre les recommandations des Nations Unies sur ce domaine dans les pays où ces droits ne sont pas reconnus.

N'oublions jamais que le 21ème siècle ne pourra se faire sans la moitié de l'humanité. Longtemps ignorées, longtemps marginalisées, longtemps décrédibilisées, les femmes et les minorités de genre doivent prendre la place qu'elles ont de droit.

4 - Nous nous engageons à systématiquement améliorer la présence, la place et le pouvoir de participation des jeunes et des personnes âgées dans nos dispositifs de démocratie participative.

L'abstention, dans de nombreux pays, est renforcée chez les jeunes notamment. Mais ils savent se mobiliser autrement, dans une participation innovante. Adaptons nos dispositifs à leurs modes d'engagement et à ceux de nos aînés.

5 - Nous nous engageons, de manière générale, à faire participer celles et ceux qui, par les discriminations et les fragilités cumulées sont traditionnellement exclus des dispositifs de démocratie participative, notamment les personnes en situation de handicap, les déplacés et les plus démunies.

 Pour cela, il est impératif de mesurer, d'analyser et d'évaluer les dispositifs existants afin d'identifier les groupes de population absents ou sous-représentés.

6 - Nous nous engageons à faire nôtre ce principe : " la transition écologique ne se fera que si la justice climatique est réelle ". Nous ne pouvons pas faire reposer la responsabilité des transitions et de la démocratisation sur celles et ceux qui sont les plus fragiles.

 

7 - Nous nous engageons à soutenir la récupération des processus de démocratie participative dans les territoires où ces initiatives sont suspendues en raison de violence ou de conflits armés.

 

8 - Nous nous engageons à considérer l'alimentation et l'eau comme un bien commun, ayant besoin d'une gouvernance renouvelée adaptée au territoire, formant les bases d'une démocratie alimentaire des communautés.

 

9 - Nous nous engageons à porter plus haut, plus loin et plus fort le message de l'OIDP. Si chaque année, chaque ville convainc une ville amie de s'engager, notre collectif va croître de manière exponentielle.

La démocratie participative, comme le droit à la santé, le droit à l'alimentation ou le droit à un logement, doit devenir une revendication partagée, pour toutes et tous, à travers le monde. Nous devons nous inspirer les uns des autres : nous serons plus forts en équipe, en combinant les talents pour créer une dynamique. Nous devons nous étendre. Nous devons être de plus en plus nombreuses et nombreux à diffuser le message, à échanger et à construire. Les petites rivières font les grands fleuves et alimentent les océans. Continuer à décentraliser notre action.

Cette ambition, nous ne pouvons la porter seuls.

 

Notre Plaidoyer vers les instances internationales, les gouvernements et les élus locaux

Poursuivant sa trajectoire vers le Sommet du Futur de 2024, l'OIDP s'engage à nourrir la constitution des gouvernements locaux et régionaux reflétée dans le Pacte pour l'Avenir et mandate les Nations Unies à :

1 - renforcer son soutien aux initiatives de démocratie participative dans les pays du Sud Global qui s'engagent dans les transitions écologiques et de justice sociale ;

Nous appelons aujourd'hui les gouvernements à :

2 - Atteindre enfin le niveau requis de financement de l'aide au développement afin de soutenir notamment les transitions démocratiques dans les pays concernés ;

3 - Progresser vers plus de démocratie et plus d'autonomie pour les collectivités locales ;

La décentralisation est un mouvement historique vers plus de démocratie et plus de participation. Donner aux Maires, aux présidents de provinces, départements, régions plus des moyens est essentiel.

4 - Intensifier la représentation des populations (élections à la proportionnelle, élections directes, etc.) dans les instances parlementaires ;

5 - Penser systématiquement les politiques de transition à travers le prisme de la démocratie participative.

Dans cette ambition, n'oublions jamais que le dérèglement climatique met en péril la démocratie. Comment penser à participer quand on doit avant tout penser à ses conditions de survie ou à quitter son pays parce qu'il n'est plus habitable ?

6 - Protéger les élus locaux face aux menaces et aux violences qui progressent au rythme de la défiance démocratique et de l'antiparlementarisme ainsi que les ingérences des pouvoirs économiques au travers de fake news ou de toute autre atteinte.

Nous appelons aujourd'hui les élus locaux à :

7 - rejoindre massivement l'OIDP et contribuer financièrement, à la hauteur de ses capacités, à son développement, à son rôle d'agora et à son action de plaidoyer.

 

Grenoble, 10 décembre 2022